L’art selon Nietzsche

par amandinetondino

Nietzsche

« L’art doit avant tout embellir la vie, donc nous rendre nous-mêmes tolérables aux autres et agréables si  possible : ayant cette tâche en vue, il modère et nous tient en brides, crée des formes de civilité, lie ceux dont l’éducation n’est pas faite à des lois de convenance, de propreté, de politesse, leur apprend à parler et à se taire au bon moment.
De plus, l’art doit dissimuler ou réinterpréter tout ce qui est laid, ces choses pénibles, épouvantables et dégoûtantes qui, malgré tout les efforts, à cause des origines de la nature humaine, viendront toujours de nouveau à la surface : il doit agir ainsi surtout pour ce qui en est des passions, des douleurs de l’âme et des craintes, et faire transparaître, dans la laideur inévitable ou insurmontable, son côté significatif.
Après cette tâche de l’art, dont la grandeur va jusqu’à l’énormité, l’art que l’on appelle véritable, l’art des œuvres d’art, n’est qu’accessoire. L’homme qui sent en lui un excédent de ces forces qui embellissent, cachent, transforment, finira par chercher, à s’alléger de cet excédent par l’œuvre d’art ; dans certaines circonstances, c’est tout un peuple qui agira ainsi.
Mais on a l’habitude, aujourd’hui, de commencer l’art par la fin ; on se suspend à sa queue, avec l’idée que l’art des oeuvres d’art est le principal et que c’est en partant de cet art que la vie doit être améliorée et transformée. Fous que nous sommes !  Si nous commençons le repas par le dessert, goûtant à un plat sucré après l’autre, quoi d’étonnant su nous nous gâtons l’estomac et même l’appétit pour le bon festin, fortifiant et nourrissant , à quoi l’art nous convie. »

Nietzsche
Humain, trop humain
Mercure de France, p109

« La vocation de l’art est de magnifier la vie, de découvrir en elle  fécondité et  grâce, de  l’assumer , et d’une certaine manière, de la diviniser .  Il n’y a pas besoin, pour cela,  de disposer d’un talent spécifique. Surmonter la souffrance, transfigurer la douleur : cette faculté   manifeste une puissance positive  que toute éducation devrait s’efforcer d’encourager. Pour Nietzsche, comme pour Schiller, la beauté est libératrice. » source

La conception Nietzschéenne de l’art est une transcendance, un dépassement de la laideur qui crée ainsi l’œuvre, propre à enchanter par définition, même si ce terme n’est pas utilisé par Nietzsche. Être artiste c’est aussi une manière d’accéder à la condition de Surhomme en faisant deuil de la souffrance, des passions. Faire un Deuil, n’est-ce pas dépasser des moments difficiles ? Et quoi de mieux, pour cela, que de transformer l’émotion en enchantement ?

De plus, le concept d’Enchantement-Deuil serait, selon moi, à rapprocher de la notion du dionysiaque

« Le mot ‘dionysiaque’ exprime un besoin d’unité, un dépassement de la personne, de la banalité quotidienne, de la société, de la réalité, franchissant l’abîme de l’éphémère; l’épanchement d’une âme passionnée et douloureusement débordante en des états de conscience plus indistincts, plus pleins et plus légers; un acquiescement extasié à la propriété générale qu’a la Vie d’être la même sous tous les changements, également puissante, également enivrante; la grande sympathie panthéiste de joie et de souffrance, qui approuve et sanctifie jusqu’aux caractères les plus redoutables et les plus déconcertants de la Vie: l’éternelle volonté de génération, de fécondation, de Retour: le sentiment d’unité embrassant la nécessité de la création et celle de la destruction » (Nietzsche, traduction Quinot). Source

L’œuvre d’art se vit, se ressent comme Dionysos aurait pu lui même Vivre et ressentir ses arrosés banquets. Souvenons-nous de Castoriadis : l’art nous frappe au delà d’une attitude de compréhension ou d’élucidation.

About these ads